o-DNAJOURNEY-facebook

Quand l’esprit est libre, aucune morale bonne ou mauvaise ne peut forcer le jugement. Je rigole devant mon écran chaque fois que les réseaux sociaux m’offrent les larmes de mes contacts, les injonctions de mes amis, les anathèmes de mes copains. La vérité, c’est que je n’y crois pas un seul instant. Eh oui, je n’ai pas le doigt sur la couture lorsque les caporaux de l’antiracisme souhaitent m’arracher une soumission, passive ou active, à un candidat dont je n’aime pas le projet. L’antiracisme, aujourd’hui, est devenu l’exact définition du racisme. Seul le mot honni a disparu. On dit communauté désormais. Plus race. Chacun sa langue, chacun sa culture, chacun sa mémoire en fonction de la couleur de votre épiderme ou de la religion de vos parents, voire de vos voisins. Où est la belle culture émancipatrice ? La lecture qui donne un bagage culturel commun à un lillois et à un marseillais, à un noir et à un blanc, à un juif et à un catholique ? Sombre révélation pensez-vous. Démagogie peut-être ? Je vous propose, chers lecteurs, un exemple concret.

Depuis quelques temps, dans le but de me convaincre que l’immigration n’est que miel, certains amis qui ne veulent pas encourager le candidat « des patrons », partagent une intrigante vidéo. Il est question de personnes de tous horizons qui parlent fièrement de leur culture, des peuples avec lesquels ils la partagent, de ce sentiment de fraternité que l’Homme a réussi a faire évoluer au delà des signes de reconnaissance primitifs (famille, couleur, etc) pour le faire reposer sur un socle autrement plus raffiné (philosophie de vie, culture commune, etc). Ces braves gens sont soumis à une expérience scientifique dont le but est de leur révéler qui ils sont vraiment. Sur la base d’un test ADN. La découverte de leur identité réelle génère chez eux une émotion (surjouée) qui les dépouille de leur bêtise : leur identité  se réduit à leur origine biologique. Joie sur la terre chers lecteurs ! Notre identité se résume donc aux antécédents de notre patrimoine génétique ! Nous ne sommes plus le produit de siècles de progrès social d’une collectivité d’êtres humains mais d’une racine dont il convient d’étudier la consistance. Amusant n’est-ce pas ? Cela s’appelle l’antiracisme. Et ne pensez pas que j’en ai fini ! Le meilleur reste devant nous: il s’agit d’une publicité ! D’une publicité pour une entreprise américaine qui se propose d’étudier votre pédigrée à grands frais. Des antiracistes qu’ils disent, je vous jure ! Qui votent contre des patrons ! 

« Vous n’avez pas le monopole du coeur » disait Giscard. À méditer ! -MP